Vedeke

Cabinet de conseil en organisation à Annecy

Contact

Découvrez les derniers articles sur le management d’entreprise à Annecy


Gérer la pression

Savoir gérer la pression dans l'environnement pour soi et les autres.

Gérer la pression

Voici un sujet qui nous concerne tous quelque soit notre activité ou notre entourage.

Le stress dans le langage courant se réfère à un individu ou un environnement spécifique mais si vous remplacez le mot stress par pression, vous allez obtenir une sensation plus large et diffuse, désagréable, circulante et qui semble se présenter sans crier gare.

Au départ la pression semble toujours extérieure à cause du bruit, du mouvement, des conditions atmosphériques et j’en passe, mais elle est surtout générée par les individus.

Je parle ici des humeurs, des anxiétés, des peurs diffuses, des colères rentrées et toutes ces manifestations de la pression que l’on va produire et distiller dans notre environnement.

L’entreprise est le terrain de jeu idéal pour générer et entretenir les pressions. L’enjeu affectif est plus faible et l’enjeu économique et social limite les déballages trop voyants. Les individus contrôlent leurs humeurs et nous savons tous que la pression grandit quand elle ne peut pas s’exprimer librement.

La pression est cet état latent, retenu et indéterminé qui perturbe l’ambiance ou l’état émotionnel des individus. La pression est de l’énergie négative engendrée par un état émotionnel négatif, ou une ambiance aux critères physiques agaçants. La pression est un peu comme un virus, elle ne se voit pas, ne se sent pas mais nous influence de façon désagréable sans en comprendre la raison.

Nous dégageons tous de la pression car nous avons tous des états émotionnels qui nous traversent constamment.

Comment prendre conscience de cette pression ?

En étant attentif à ses propres signes physiques, avant de la remarquer chez les autres. Cette conscience est un peu une deuxième vision qui va orienter votre comportement. Penseriez-vous à toucher de la main une surface sale ? Non ! Vous allez vous en éloigner, éviter cette surface. Si vous-même sentez votre main sale allez-vous l’exhiber à tous ? Non ! vous allez laver votre main ou la cacher à la vision des autres. Pour la pression c’est la même chose en prendre conscience c’est déjà la combattre.

Quand on est sous pression, on ressent de l’agacement, un mal être qui nous enferme ou nous rend agressif. Nous avons besoin inconsciemment de retrouver notre bien-être, notre équilibre. Cela nous conduit à manger, boire, dormir, se faire plaisir ou chercher chez l’autre une écoute ou un soutien. Notre énergie finit par baisser et on se sent fatigué, déprimé et en colère.

Sachez que cette pression ne reste pas coincée en vous, elle se diffuse dans l’environnement et votre gestuelle en parle de votre état d’esprit. Les autres récupèrent cette tension et elle devient pour eux source extérieure avant de devenir source intérieure. Il faut quelques minutes au mieux quelques heures.

Il est sain de contrôler sa pression (stress) avant d’en contaminer les autres. Quand on sait que le stress peut durer chez certain, les relations sociales finissent par se dégrader et ce que l’on attribue au désamour, à la malchance ou tout simplement à un mauvais caractère peut être juste dû à la pression.

Comment contrôler cette pression ?

Notre état psychique naturel est la gaité et l’émerveillement. Si notre psyché est « propre » et équilibrée notre capacité à s’intéresser aux autres et à l’environnement va être décuplée. Nous vivrons à l’état présent et nous aurons des émotions positives et négatives mais fugitives.

Imaginez que votre corps est une machine, votre psyché est l’électricité avec laquelle cette machine fonctionne à travers votre cerveau. 30% de cette électricité (énergie) sert à gérer vos fonctions vitales et les 70% restante sert à gérer l’information ambiante. Quand votre machine est à sa vitesse de croisière, vos fonctions vitales tournent comme une horloge et l’information est captée, traitée et classée, vos synapses la ressortiront quand vous en aurez besoin.

Imaginez maintenant que votre environnement vous sollicite plus fortement (changement, apprentissage, soucis plus particulier) vous allez comme dans une machine augmenter le niveau d’électricité et votre machine va accélérer ses fonctions. Au départ les 30% resteront actifs pour vos fonctions vitales et vous allez mobiliser 10 ou 20 % de plus pour traiter l’info.

Vous serez alors à 110 ou 120 % de vos capacités. La plasticité de votre cerveau le permet, tout va s’accélérer comme pour une machine que vous allez mettre sous tension plus forte.

Si cette surtension dure, vous allez être en surchauffe et si la surchauffe dure, votre mécanique va commencer à se dérégler comme le ferait une machine. Vous dormirez moins bien, vous digèrerez moins bien, vous vous sentirez en colère et si ça dure encore, vous allez vous user et vous épuiser. Votre rayonnement extérieur va devenir irritant et comme une machine qui tourne en surrégime, vous ferez plus de bruit et plus de mouvement, vous allez devenir polluant pour l’extérieur. C’est ce qui se passe en période de stress et si vous ne savez pas gérer votre équilibre vous allez vous habituer à être en surchauffe et quand la pression redescend, il va vous falloir apprendre les paliers de ralentissement. C’est la raison pour laquelle le stress devient la norme au dépend de l’équilibre.

Ralentissez même si vous devez mimer ce ralentissement, un peu comme si vous tourniez le bouton de tension d’une machine, redescendez à la norme en dessous. Voyez si ça suffit ou continuer à ralentir jusqu’à retrouver l’équilibre. Vous pouvez aussi dépenser le surplus d’énergie en faisant un sport d’endurance ou tout simplement faire baisser votre tension en faisant de la cohérence cardiaque (respiration profonde).

Comment rester à l’équilibre ?

En limitant les dépendances extérieures et en développant son intériorité.

L’intériorité c’est savoir entretenir pour soi-même des moments de joie et de satisfaction en totale indépendance de l’avis d’autrui ou du contexte.  La recherche constante du regard extérieur décuple le stress et l’insatisfaction. Quand on parle d’estime de soi, c’est une culture de la connaissance exacte de ses points forts et faibles qui stabilise nos humeurs et développe l’indépendance de l’autre. Comprendre qui on est, ce qui nous fait plaisir et ce qui nous perturbe entraine notre cerveau à éviter les situations de stress et surtout nous répare vite.

On ne peut pas tout partager, être d’accord avec tous ni plaire à tous. Il y a aura dans l’environnement toujours du yin et du yang, de l’ombre et de la lumière, du bon et du mauvais. Ce sont les contrastes qui donnent de la valeur et du relief à la vie. La probabilité d’être d’accord avec tous ou de ressembler à quelqu’un est impossible. Si vous rendez cette probabilité possible, c’est que vous forcez votre caractère ou celui des autres. Dans cette force il y aura de la pression. Pour l’information ambiante c’est pareil. Le contenu de l’information peut vous toucher en bien ou en mal et déclencher des stimuli. On ne peut pas être partout, tout savoir ou tout avoir. Faire des choix ce n’est pas renoncer comme on nous l’a souvent appris, mais savoir reconnaître la valeur des choses pour notre bien ou mal et rester attentif et précis dans sa préhension de l’information.

Comment un manager peut gérer et faire diminuer cette pression ?

  1. De la même façon en prendre conscience et savoir repérer sa source.
  2. Ne pas stigmatiser un individu mais passer des messages à tous.
  3. Proposer des bulles d’écoute par l’intermédiaire d’un coach à ceux qui ne se sentent pas à l’aise.
  4. Quand c’est possible, proposer des activités collectives ou des réunions de team building qui peuvent permettre de s’exprimer et de laisser partir des amertumes.
  5. Vérifier la justice dans les processus
  6. Vérifier la justice des objectifs
  7. Faire le tri et la synthèse des informations
  8. Savoir fêter ensemble des résultats sans discrimination
  9. Rester soi-même un exemple en toute circonstance.

 

Contact

14 route de Chevennes Cran Gevrier

74960 Annecy

Tél : 06.62.35.97.66

Mail : eb@vedeke.com

VEDEKE  VEDEKE  VEDEKE

 



* Les champs marqués d'un astérisque (*) sont obligatoires